vendredi 1 décembre
18:00

LES PRIX TÖPFFER 2017

LES PRIX  RODOLPHE TÖPFFER 2017

Depuis plus de vingt ans, la Ville de Genève attribue chaque année les Prix Töpffer de la bande dessinée. Depuis plus de vingt ans, elle a ainsi manifesté son soutien à ce domaine de création et mis en avant les talentueux dessinateurs et dessinatrices qui font qu’aujourd’hui Genève est connue et reconnue comme un foyer vivant et foisonnant du 9e art.
La preuve l’an dernier encore, en décembre, lors de l’exposition BANG ! et de la publication qui l’accompagnait. Celles-ci mettaient en avant quarante ans de création et matérialisaient le succès de ces décennies de soutien actif.
Après le bilan vient l’heure du changement. Dès maintenant, les Prix Töpffer sont donc gérés et attribués conjointement par la Ville et le Canton de Genève. Cette collaboration a été amorcée en 2010, lors de la création du Prix de la jeune bande dessinée. Elle est aujourd’hui évidente en raison du nouvel engagement du Canton dans le domaine du livre et de la création d’une École supérieure de bande dessinée et d’illustration au CFP Arts.
Cette édition 2017 des prix est l’occasion de rendre hommage à celui qui a fortement contribué à leur création : Roland Margueron, libraire et galeriste, figure incontournable de la bande dessinée genevoise. Qu’il soit ici remercié pour sa participation au positionnement de notre ville sur la carte de la bande dessinée internationale.
Les nominés du Prix Töpffer Genève pour cette édition 2017 font d’ailleurs très bonne figure sur le plan international. Baladi, Yannis La Macchia et Pascal Matthey sont des artistes genevois qui construisent une œuvre particulièrement intéressante. Les nominés du Prix International, Alex W. Inker, Hugues Micol et Gipi, démontrent, eux, dans des styles radicalement différents, l’évolution de la création européenne. Hugo Baud, Sam Fagnart, Bérénice Milon, issus de différentes formations genevoises,  font partie de la génération montante. Celle qui questionne, qui esquisse les nouvelles tendances  et redéfinit les codes de la bande dessinée.
Les Prix Töpffer et les artistes qu’ils distinguent sont donc les symboles d’une Genève ouverte sur le monde, sachant prendre des risques créatifs et apportant sa pierre aux évolutions de la culture contemporaine. Que toutes celles et tous ceux qui font vivre les Prix soient ici chaleureusement remerciés.
Anne Emery-Torracinta Conseillère d’État chargée de l’instruction publique, de la culture et du sport
Sami Kanaan Conseiller administratif en charge de la culture et du sport


Sont nominé-e-s pour l’édition 2017 :
Prix Töpffer international Gipi, Alex W. Inker, Hugues Micol 
Prix Töpffer Genève Baladi, Yannis La Macchia, Pascal Matthey
Prix Töpffer de la jeune bande dessinée Hugo Baud, Sam Fagnart, Bérénice Milon

 

Le Prix Töpffer international revient à la meilleure bande dessinée en français parue dans l’année. Il a été remis à:

Hugues Micol pour Scalp, la funèbre chevauchée de John Glanton et de ses compagnons de carnage, éditions Futuropolis, 2017.
En se basant sur le personnage du mercenaire sanguinaire John Glanton, Hugues Micol livre un récit hallucinant, bien loin de la légende héroïque de la conquête de l’ouest.

Le Prix Rodolphe Töpffer Genève récompense le meilleur album réalisé en 2017 par un-e Genevois-e. Il a été remis à:

Pascal Matthey pour Les Têtards, éditions L’employé du Moi, 2017.
Cet album à l’approche narrative minimale est composé d’un ensemble d’anecdotes qui racontent la vie d’un garçon d’une dizaine d’années en Suisse Romande.

Le Prix Töpffer pour la jeune bande dessinée renforce le soutien à la scène locale en attribuant un prix destiné à un-e auteur-e âgé-e de 15 à 30 ans n’ayant pas encore publié. Il a été attribué à:

Sam Fagnart pour Modern days : Livre 1
Né en 1996 à Bruxelles, Sam Fagnart a grandi à Genève. Après un CFC de graphiste au CFP Arts et une maturité professionnelle obtenue en 2016, il étudie actuellement la communication visuelle à la HEAD – Genève.